Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 16:00

La circulation sanguine d’une mère et celle de son bébé sont bien séparées. Pourtant, pendant la grossesse, dans certaines circonstances, mais aussi de façon spontanée, un peu de sang du bébé peut passer dans la circulation maternelle. Quand les globules rouges du bébé rentrent dans l’organisme de la mère, ils sont reconnus par son système de défense. Si les globules rouges du bébé portent des antigènes de groupes sanguins différents de ceux de la mère (hérités du père), ce système peut réagir en fabriquant des anticorps dirigés contre les globules rouges du bébé.

 

Les groupes sanguins sont regroupés en systèmes. Les systèmes ABO, Rhésus (Rh) et Kell sont les plus importants dans la pratique médicale. Ils visent à mettre en évidence des antigènes présents sur les globules rouges et des anticorps (présents où non) dans le plasma.

 

Système ABO

Groupe A = Présence de l’antigène A et de l’anticorps anti B

Groupe B = Présence de l’antigène B et de l’anticorps anti A

Groupe O = pas d’antigène mais des anticorps anti A et B

Groupe AB = Présence d’antigènes A et B et pas d’anticorps

 

L'incompatibilité ABO (mère O, enfant A ou B) n’entraîne généralement qu’un ictére (jaunisse) modéré de l’enfant.

 

Système Rhésus

Il comprend 6 phénotypes D, d, C, c E, e. Le plus important est le D

En principe contrairement au système ABO les personnes Rh négatif  n'ont pas d'anticorps correspondant dans leur plasma. Si c’est le cas, ce sont des Anticorps acquis après transfusion ou grossesse (mère Rh- / Bébé Rh+).

 

Fréquence dans la population (France) 

A Rh+ : 39 %

A Rh Négatif : 6 %

O Rh+ : 37 %

O Rh Négatif : 6 %

B Rh+ : 7 %

B Rh Négatif : 2 %

AB Rh+ : 2 %

AB Rh Négatif : 1 %

 

Mére Rhésus-D Négatif et père Rhésus-D Positif  : Conséquences et prévention

 

Quand une femme Rhésus-D négatif est enceinte d’un bébé qui a hérité du Rhésus-D positif de son père, le passage du sang du bébé dans la circulation maternelle peut conduire à la production d’anticorps anti-Rhésus-D. C’est ce que l’on appelle une allo-immunisation foetomaternelle RhD . Lors d’une première grossesse, cela est sans grande conséquence pour l’enfant car les anticorps anti-D sont habituellement produits en fin de grossesse, trop tard pour affecter le bébé. En revanche, lors d’une grossesse suivante, les anticorps sont présents dès le début. Le système immunitaire de la mère qui a conservé en mémoire les informations va réagir rapidement au contact des globules rouges d’un nouveau bébé Rh D positif et produire une grande quantité d’anticorps anti-D. Ces anti-D sont sans risque pour la maman mais Il y a alors danger pour l’enfant.

 

Conséquences d’une immunisation anti-RhD sur un bébé Rhésus positif

Les anticorps formés passent chez le bébé et provoquent la destruction des globules rouges Rh D+ (même principe que les anticorps contre les microbes). L’anémie du bébé peut s’exprimer à la naissance ou en cas d’immunisation importante dès la vie intra-utérine. Après la naissance, la destruction des globules rouges se poursuit et libère la bilirubine, pigment jaune qui provoque chez l’enfant une jaunisse ou ictère. Dans les formes graves, la bilirubine est produite en grande quantité et va rapidement s’accumuler ; elle peut alors devenir toxique pour le cerveau du bébé en l’absence de traitement. Toutes ces manifestations correspondent à la Maladie Hémolytique du nouveau-né.

 

Prévention

La recherche d’agglutinines irrégulières permet d’assurer le suivi. Le traitement consiste à injecter à la mère non immunisée, des immunoglobulines anti-RhD (Rhophylac). Le principe est d’éliminer le plus tôt possible les globules rouges de l’enfant passés chez la mère à l’aide d’anticorps anti-D contenus dans ces immunoglobulines. Ce traitement est proposé aux futures mères (non immunisées) au cours de la grossesse et à la naissance car c’est le moment où se produit souvent un important passage de globules rouges de l’enfant dans la circulation maternelle. Les anticorps anti-D injectés proviennent de donneurs RhD négatif, immunisés contre l'antigène Rhésus D. C’est un produit réglementé à commander en pharmacie qui sera injecté dans les 48h après une recherche d’agglutinines irrégulières.

 

 http://www.cngof.asso.fr/D_TELE/rhesus_patientes2006.pdf

 

 

Repost 0
Published by H2O - dans Sciences
commenter cet article
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 20:46

Le fer est le 6e élément le plus abondant dans l'Univers et compose environ 5 % de la croûte terrestre. Sa présence excessive dans l’eau peut être d’origine naturelle comme dans les eaux thermales. Elle peut aussi provenir de la corrosion des canalisations (acier et fonte) ou du mauvais traitement de l’eau destinée à la consommation. En France la concentration maximale admissible est de 200 µg/l. En solution dans l'eau, le fer se présente sous deux formes ioniques en perdant 2 ou 3 électrons.

Fe++  l’ion  ferreux qui présente une faible couleur verte.

Fe+++ l’ion  ferrique qui est de couleur rouille.

 

Pour les végétaux, il joue le rôle de catalyseur dans l’élaboration de  la chlorophylle et de nombreuses protéines et enzymes indispensables.  Le déficit en fer survient dans les sols asphyxiés (qui manquent d’oxygène), les terrains ayant reçu trop de chaux soit trop riches en phosphates ou nitrates. La carence se traduit par la chlorose ferrique des plantes.

A forte concentration, le fer devient toxique pour les plantes et pour les poissons, ceux-ci accumulent les métaux dans les branchies et dans le foie. (la mortalité des truites est importante au dessus de 50µg/l). Il est préférable de vérifier le taux avant de faire un apport en fer.

  heme+ chlorophylle

Pour les humains, il joue un rôle essentiel dans le transport de l’oxygène nécessaire à la vie des cellules. Une carence en fer entraîne une anémie qui peut avoir des conséquences graves sur le développement d’un l’enfant mais l’excès de fer dans l’organisme peut avoir des effets tout aussi désastreux.

Le fer alterne facilement entre sa forme ferrique (Fe+++) et ferreuse (Fe++) en donnant ou acceptant un électron. Ses propriétés font qu’il est un élément essentiel pour la vie mais qu’il est aussi potentiellement toxique. Le transfert d'électron d'un atome à l’autre ou d'une molécule à une autre permet au fer non lié de catalyser des réactions qui produisent des radicaux libres capables de causer des lésions cellulaires. On le suspecte d’implication dans la dégénérescence des neurones de la maladie de Parkinson.

 

Dans notre organisme, le fer entre dans la composition de l’héme des globules rouges (GR) du sang mais ceux-ci ne vivent que 120 jours environ. A leur lyse le fer libéré s’associe à la transferrine (protéine plasmatique) pour aller reformer de nouveaux GR (recyclage automatique...). Dans le plasma, comme il endommage les cellules, il n’y a pratiquement pas de fer sous forme libre, la transferrine et la ferritine jouent un rôle protecteur lors de son  transport et de son stockage.

 

La molécule d’hème (2) ressemble beaucoup à la chlorophylle (1) mais c’est un atome de magnésium au centre

Repost 0
Published by H2O - dans Sciences
commenter cet article
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 14:44

 


Bande Annonce "FAUX DEPART" de Sonia Barkallah

  

Ce film sera projeté sur grand écran au ciné-forum de Sarlat la Caneda en Dordogne le 15 Octobre 2010. Il sera suivi d’une conférence-débat du Dr Jean Pierre Postel, médecin anesthésiste et réanimateur qui évoquera des témoignages de patients revenus de comas profonds.

En 2009, le Dr Jean Pierre POSTEL a fondé avec  Sonia Barkallah le Centre National d'Etude de Recherche et d'Information sur la Conscience (CNERIC). Cette association regroupe médecins et scientifiques dans différents domaines de compétences afin d’avancer dans cette recherche sur la conscience et ses manifestations.

http://www.cneric.fr/

 

Le film comporte de nombreux témoignages poignants de patients. Médecins et scientifiques partagent leurs impressions et réflexions  en tentant d’expliquer les manifestations observées.

Tous ces témoins sont-ils des "illuminés" ? une hypothèse impliquant des photons (particules de lumière en science physique) ne semble pas invraisemblable… le fameux tunnel de lumière est un point cummun évoqué…

Sommes-nous à l’aube d’une aire nouvelle avec un bouleversement total dans la conception actuelle que nous avons de la conscience ? La science ouvre-t-elle une nouvelle page de son histoire ? où se loge la conscience ?…Cette perception peut-elle changer notre rapport aux autres et à la nature ?...

 

Légende hindoue

 Il y eu un temps où tous les hommes étaient des dieux, mais ils abusèrent tant de leur divinité que Brahma, le maître des dieux, décida de leur ôter le pouvoir divin et de le cacher dans un endroit où il leur serait impossible de le retrouver. Le grand problème fut donc de trouver une cachette.

Lorsque les dieux mineurs furent convoqués à un conseil pour résoudre cette question, ils proposèrent ceci : "Enterrons la divinité de l'homme dans la terre"

Mais Brahma répondit : "Non, cela ne suffit pas, car l'homme creusera et la trouvera".

Alors les dieux répliquèrent : "Dans ce cas, jetons la divinité dans le plus profond des océans."

Mais Brahma répondit de nouveau : "Non, car tôt ou tard, l'homme explorera les profondeurs de tous les océans, et il est certain qu'un jour, il la trouvera et la remontera à la surface."

Alors les dieux mineurs conclurent : "Nous ne savons pas où la cacher car il ne semble pas exister sur terre ou dans la mer d'endroit que l'homme ne puisse atteindre un jour."

Alors Brahma dit : "Voici ce que nous ferons de la divinité de l'homme : nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c'est le seul endroit où il ne pensera jamais à chercher."

Depuis ce temps là, conclut la légende, l'homme a fait le tour de la terre, il a exploré, plongé, creusé, escaladé à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui."

 

 

 

Repost 0
Published by H2O - dans Sciences
commenter cet article
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 23:48

Nous avons tous un peu quelque chose de minéral…
http://fr.wikipedia.org/wiki/Hydrog%C3%A8ne

Un article inspiré par la lecture de la revue Sciences &Vie


hydrogene.jpg

 

Un noyau de protons et de neutrons, entouré d’un nuage d’électrons, ainsi se présente un atome. Ces petits grains de matière qui se rassemblent en molécules puis en cellules sont à la base de toute forme de vie. Hydrogène, Oxygène, Carbone, Azote, représentent 99 % de nos organismes. Mais comment sont apparus ces atomes ?

 

L’hydrogène est le plus élémentaire des atomes.  Dans l’espace il reste l’élément le plus abondant. Plus simplement, l’oxygène, le carbone, l’azote et tous les autres éléments ont été formés par fusion des noyaux de l’atome d’hydrogène au cœur des étoiles. A la mort d’une étoile, cette matière est dispersée dans l’espace et contribue à la formation de nouvelles étoiles, planètes et formes de vie.

 

Toute vie sur terre aura probablement disparue bien avant, mais c’est ainsi qu’un jour notre étoile, le soleil, disparaîtra et répandra autour de lui les embryons d’une possible vie future…

 

Mais au fait, comment est apparu l’hydrogène ? vaste débat... il aurait pour origine le big bang…

 

Repost 0
Published by H2O - dans Sciences
commenter cet article

Présentation

  • : Au fil du temps
  • Au fil du temps
  • : Un peu de tout... et de rien
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens