Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 19:02

staphdore1.jpg


Les staphylocoques sont parmi les plus résistantes des bactéries non sporulées. Le staphylocoque doré (Staphylococcus aureus) est le plus pathogène. Il est halophile, ce qui veut dire qu’il est capable de se développer sur des milieux très salés (75g de NaCl par litre), ce qui permet de l’isoler dans les prélèvements multi-microbiens en inhibant la culture de la plupart des autres bactéries.

 

Le nom de genre, staphylocoque ou staphylococcus, est un terme issu du Grec : staphule : grain de raisin, et kokkos : graine

Le nom d’espèce, doré ou aureus, pourrait nous faire penser à une petite grappe de raisins dorés mais ce n’est en réalité qu’une pigmentation des cultures qui apparaît de manière inconstante.

 

Historique

« Organisme formé de petits points sphériques réunis par couples de deux grains, rarement de quatre mais fréquemment associés en petits amas » c’est ainsi qu’en 1880 Pasteur décrit ce germe isolé d’un furoncle et plus tard d’une ostéomyélite qu’il compare à un furoncle de la moelle de l’os.

 

La pénicilline a été découverte grâce au staphylocoque

- Avant 1900, Gabriel Roux (un auvergnat) et son élève Ernest Duchesne avaient démontré l’activité d‘un champignon (pénicillium glaucum) sur une culture de staphylocoque.

- En 1928, Flemming prouvait également l’action d’un autre pénicillium (penicillium notatum) sur une souche de staphylocoque et la découverte de la pénicilline lui est officiellement attribuée.

 

Une multi-résistance aux antibiotiques

En 1940, avec la commercialisation de la pénicilline on a pu croire le staphylocoque définitivement vaincu mais c’était sans compter sur son grand pouvoir d’adaptation.

Dés 1947, il présence les premières résistances aux pénicillines et la méthicilline devient alors l’antibiotique utilisé. Le MRSA (staph.résistant à la méthicilline) apparaît en 1961. La vancomycine est alors préconisée mais en 1997 le VRSA (staph résistant à la vancomycine) fait son apparition et on le trouve depuis dans certains hôpitaux européens et  aux Etats-Unis.


La  Leucocidine de Panton-Valentine
Certaines souches, productrices d'une toxine capable de détruire les leucocytes, sont responsables de pathologies trés graves chez les enfants et jeunes adultes.

http://www.em-consulte.com/article/66613
Merci Dr "Bacter"

Intérêt de la phagothérapie

Les bactériophages lytiques pourraient constituer une réelle alternative tant dans le domaine de la prévention que du traitement des affections à staphylocoque doré.

 

Une prophylaxie en milieu hospitalier contribuerait à diminuer le nombre de maladies nosocomiales sans induire de nouvelles résistances aux antibiotiques. Un bactériophage ajouté à une solution de nettoyage des mains diminuerait le manuportage et quelques gouttes d’une suspension permettrait de diminuer ou supprimer le portage nasal. (il faut savoir que 50% de la population est porteuse de Staphylocoque doré au niveau nasal !…)

 

En pratique, la meilleure application est  celle qui consiste à déposer les bactériophages actifs directement au niveau du foyer infectieux, c’est à dire au contact des bactéries.

La phagothérapie semble particulièrement indiquée sur les blessures, brûlures, plaies diverses et les infections ostéoarticulaires.

Le traitement historique des infections cutanées est un bon exemple ainsi que l’ostéite chronique. Ces traitements ont été réévalués et/ou sont en cours d’évaluation et les résultats semblent concluants.

 

A quoi ressemble un  bactériophage ? visitez le site de l’université de Laval au Québec et la belle collection historique du Centre de Référence Félix d'Hérelle :

Avec le fameux phage TWORT…

http://www.phage.ulaval.ca/index.php?pageDemandee=phage&noPhage=48

 

Pour toute information plus précise :

http://www.geephage.org/

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

sur le staphylocoque 02/09/2016 18:47

J’avais chopé le staphylocoque doré après avoir nagé dans une piscine publique l’année dernière et je peux en conclure que je n’y mettrais plus jamais les pieds !

annielamarmotte 15/02/2010 06:28


ben c'est pas jooooooooooli un bactériophage..... ;)


H2O 15/02/2010 20:37


Pas si moche que ça quand même... ne dit-on pas que tout ce qui est petit est mignon... il est trés petit !


kasimir, dit pinson déplumé 15/02/2010 01:09


J'arrive après la bagarre !
Mais j'ai noté au passage, dans ton exposé ceci :

50% de la population est porteuse de Staphylocoque doré au niveau nasal !…

c'est quand même bizarre tu ne trouves pas ???? quelle conclusion en tirer ?


H2O 15/02/2010 20:35



Pas surprenant pour moi, à une époque on recherchait ces staph pour le personnel travaillant aux cuisines et c'était à peu prés le résultat. Il est donné commensal ou saprophyte à ce niveau, nous
sommes trés souvent porteurs sains et nous le transportons sans nous en appercevoir. A l'hôpital, le personnel, les visiteurs et le malade lui-même peuvent être à l'origine de la maladie
nosocomiale...
Il devient dangereux lorsqu'il s'introduit dans les tissus par une lésion de la peau, des muqueuses, un geste médical comme une infiltration ou une intervention chirurgicale. Il peut profiter de
l'affaiblissement général d'une personne mais ce n'est pas toujours le cas. c'est le germe le plus souvent responsable dans les infections osseuses et à ce niveau il est redoutable quelque
soit l'état de la personne.
Ce n'est que le reflet de ma pensée du moment, on pourait écrire un livre sur ce sujet...



Bacter 14/02/2010 09:17


H20, merci pour ce résumé sur S. aureus !
On pourrait ajouter qu'il existe une variété de cette bactérie qui secrète la Leucocidine de Panton-Valentine (Panton-Valentine Leucocidin : PVL).
La sécrétion de cette leucocidine aggrave considérablement les infections produites par le staphylocoque... Il est possible de détecter cette PVL avec des tests.
A ce sujet, le résumé français d'un excellent article français est accessible ici : http://www.em-consulte.com/article/66613
Bonne Saint Valentin quand même...


H2O 14/02/2010 18:37


Merci de compléter, je vais rajouter ce lien dans l'article.
Est-ce que les préparations de phages russes sont efficaces sur ces staph ? d'aprés ce que j'ai appris grace à votre livre, je pense que ce serait possible de sélectionner des bactériophages
actifs si ce n'est pas le cas...
Les déposer au moment de l'intervention, utiliser les phages en complément serait particulièrement intéressant dans ce cas particulier (il me semble...) encore faut-il que les médecins et
chirurgiens s'intéressent à cette thérapie peut-être un peu plus contraignante que l'antibiothérapie classique.
Merci Bacter


Bacter 14/02/2010 09:04


Dans son commentaire n°9, Decrypto dit :
"Il me semble que la Russie utilise depuis plus de 15 ans les phages comme désinfectant dans de multiples domaines y compris les hôpitaux".
Les pays de l'Est, n'ont jamais cessé d'utiliser la phagothérapie depuis 1930... Aujourd'hui, la Géorgie (Tbilissi) et la Pologne ont des Instituts dont l'expérience est considérable... mais on
s'en méfie... car ils faisaient partie de l'ex-URSS.
En Russie, on abandonne aujourd'hui la phagothérapie au profit des antibiotiques... devinez pourquoi... !


H2O 14/02/2010 18:17


Sous l'influence des laboratoires pharmaceutiques et de l'élargissement de leur marché vers les pays de l'Est j'imagine... c'est triste de constater que le profit passe avant tout,
qu'il est toujours le plus fort...


Présentation

  • : Au fil du temps
  • Au fil du temps
  • : Un peu de tout... et de rien
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens