Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 18:00

E coli est un hôte habituel et le plus souvent inoffensif de l’intestin des hommes et des animaux. Les premières selles (appelées méconium) des bébés sont normalement stériles et dans les jours suivants les intestins sont colonisés par diverses bactéries. Tant que l’alimentation est lactée, la flore est dominée par des germes de type bacillus (lactobacilles) mais à l’âge adulte, elle se diversifie. Si la flore intestinale observée à la coproculture est monomorphe, pas diversifiée ou trop pauvre, c’est généralement qu’il y a un problème.

Avant 1950, les E coli étaient reconnus responsables d’infections extra-intestinales (essentiellement urinaires) mais n’étaient pas considérés pathogènes dans les selles. Cependant des bactériologistes avaient constaté que des selles de nourrissons malades contenaient une culture presque pure d’E coli. L’étude sérologique  a permis par la suite de déterminer des sérotypes responsables de ces gastro entérites infantiles. C’était le début d’une évolution (ou d’une meilleure connaissance…) de l’espèce.

 

La bactérie se présente sous la forme d’un bâtonnet recouvert de cils (flagelles).

  

" O104 " : O indique l’antigéne de la paroi qui donne sa forme à la bactérie.

 

" H4 " : H est un antigène des flagelles qui assurent par ailleurs la mobilité du germe.

 

Numériser0001 

Virulence d'E coli entéro-hémorragiques O104 : H4 et O157 : H7

 

Si on considère que l’hôte possède des défenses immunitaires "normales", la virulence d’une bactérie sera proportionnelle au nombre de germes infectants et à ses capacités de produire des toxines (poison biologique). Ainsi aux dernières informations, ce sérotype O104 : H4 ferait partie du groupe des E coli entéro-hémorragiques produisant une shiga-toxine à l’origine de la destruction des cellules intestinales entraînant des diarrhées sanglantes avec une anémie et des complications rénales.

 

Mutation ou  transfert horizontal du gène virulant ?

 

L’analyse par séquençage des génomes bactériens a permis d’observer l’importance des bactériophages tempérés dans la nature sur l’évolution bactérienne. Le record serait atteint par le génome d’E coli O157 : H7 qui accumule un tel nombre de prophages que cette bactérie n’est plus qu’un énorme prophage. (cf. Dr Alain Dublanchet)

Les gènes codant la synthèse des Shiga-toxines peuvent donc être apportés par des phages dits « tempérés ou lysogènes ». Cette shiga-toxine posséde des similitudes avec la toxine de Shigella dysenteriae, bactérie pathogène pour l’homme et proche de l’espèce E coli. J’imagine qu’une étude de l’origine de ce nouveau type d’E coli est envisagée, pour l’instant, on ne peut que constater des similitudes et faire des hypothèses…

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Escherichia_coli_O104:H4

Partager cet article

Repost 0

commentaires

mirotine 28/06/2011 07:00


trés interessant ... et ta dernière question sr la mutation est pertinente , même si il est trop tôt pour donner une réponse...On sent que tu aimais le médical mjo j'espère quand même que ta
retraite se passe bien!


H2O 30/06/2011 00:17



Oui, j'aimais bien mon métier mais il faut bien accepter de tourner la page. La retraite me permet maintenant de profiter de ma petite famille, c'est le bon côté...



DonQuichutte 18/06/2011 21:14


La question que tout le monde se pose est : "ces bactéries (tout comme certains virus d’ailleurs) aux gènes de plus en plus imparables ne sont elles pas issues de manipulations ou de fausses
manœuvres de scientifiques ou de chercheurs militaires poursuivant d'autres objectifs..." ?

A bientôt...


H2O 29/06/2011 23:16



les scientifiques en seraient capables mais en réalité, les bactéries et virus n'ont pas vraiment besoin d'intervention humaine pour s'adapter à leur environnement. La virulence peut
se transmettre de la même manière que la résistance aux antibiotiques entre espèces proches. Ce ne sont pas vraiment des mutations au départ mais le résultat est le même en fin de
compte.


Pour une guerre "bactériologique", il n'est pas nécessaire de faire de manipulations génétiques, il suffit de disséminer des bactéries ou virus pathogènes tout simplement.


Aprés, les erreurs scientifiques sont toujours possibles...oui


Merci Don, à bientôt.



ramon 18/06/2011 14:10


Merci pour cet exposé clair et, à mon avis, très complet.
Bon week end,
amitiés.


H2O 29/06/2011 22:48



Pas trés complet mais merci Ramon.


Amitiés



sittelle 16/06/2011 15:23


On peut échapper aux antibiotiques pour les infections urinaires, et ça marche bien ! et les prévenir naturellement. Je venais te poser une question car à la parution je ne savais que dire, trop
ignorante en biologie. Mais aujourd'hui dans le nord, des enfants ont été contaminés par E Coli par des steaks hâchés, donc cuits ?... ou mal cuits alors ? j'ai l'habitude de surcuire la viande;
qu'en penses-tu Marie Jo ? dans les magasins Lidl, allemands, la chaine du froid n'est pas respectée, c'est connu aussi...


H2O 16/06/2011 19:25



Il y a des cas tous les ans et surtout en été mais cette année les journalistes sont à l'affut alors cela prend des proportions... ! si les steaks avaient été bien cuits, E coli aurait été
elliminé, il est tué à 70° environ (mais 70° à l'intérieur du steak pas seulement en surface). Pour conserver les vitamines il ne faudrait pas trop cuire mais quand on a des doutes sur la
fraicheur il vaut mieux surcuire.


La cuisson n'élimine pas que E coli mais toutes les bactéries qui pourraient contaminer les aliments, pour les légumes consommés crus, c'est plus compliqué. Le citron, le vinaigre avec
leur acidité peuvent seulement ralentir la multiplication.


A mon avis, il y a trop d'intermédiaires et trop de temps passé entre la production et la consommation. Le risque sanitaire est accru par ces facteurs.


Bonne soirée Sittelle, merci



L@urence 15/06/2011 22:33


ce sont mes ennemis ... ce sont eux qui me provoquent des infections urinaires !!!
je les déteste !
et je les tue à coup d'antibiotiques
bisous H20 et bonne nuit


H2O 15/06/2011 23:43



Oui, ce sont les plus fréquents dans les infections urinaires. Il faut reconnaitre aussi que leur domicile habituel
n'est pas trés loin... on dit qu'il faut beaucoup boire et ne pas porter de vêtements trop "moulants"... As-tu essayé les aliments anti bactériens de notre doc favori ?


En dernier recours, difficile d'échapper à la prise d'antibiotiques, c'est insuportable une bonne infection urinaire.


Bisous Laurence



Présentation

  • : Au fil du temps
  • Au fil du temps
  • : Un peu de tout... et de rien
  • Contact

Recherche

Catégories

Liens